entre

J'ai découvert ce fabuleux roman en visitant les blogs littéraires. Les critiques d'"Entre Deux" Ã©taient très positives alors je me suis empressée de le commander. Et je n'ai pas regretté !

Du pur Génie ce livre ! Moitié roman d'amour, moitié thriller psychologique...

La couverture, magnifique et sobre à la fois, faisait penser à de la littérature érotique mais il n'en est rien. Enfin, presque rien...les scènes d'amour sont juste assez explicites sans pour autant tomber dans le cru. Elles décrivent assez bien la personnalité duelle du personnage, Juliette, et son rapport à la sexualité, libre mais insatiable. Entre les deux...

Car dans l'écriture comme dans le sexe, Juliette se cherche et cherche l'amour. Ou peut-être cherche-t-elle surtout à s'aimer à travers les autres, à travers Baptiste. Aimer cette part sombre d'elle-même, son double maléfique...

Une ombre plane sur le texte et sur le passé de la jeune femme, le décès suspect de ses parents. Et quand sa psychiatre se suicide, l'ombre la rattrape, et ses mensonges aussi. Qu'est-ce qui se cache derrière Juliette ? Ou plutôt qui ? Serait-ce Julie ? A vous de me le dire...

L'aspect trouble et complexe de la personnalité de Juliette est tellement bien analysé qu'on ne peut que rentrer dans l'histoire comme dans une tranche de vie. Le tout étant d'en sortir...

Ce qui m'a vraiment happée, c'est le style d'écriture vraiment efficace de Macha Seruoff, bien rythmé par les dialogues et les retours dans le passé, un peu scénarisé de par les décors vivement plantés, les actions rapides et les phrases courtes qui en disent long. Et enfin et surtout le suspense inhérent à l'ensemble du texte, dans les non-dits et dans le flou final.

Un chef d'oeuvre d'écriture ! 

LA CITATION DU JOUR :

" Peu importent tous les plaisirs attendus découverts pris échangés donnés regrettés nouveau enfouis cachés solitaires coquins heureux demandés suppliés arrachés simulés oubliés risqués érotiques ratés égoïstes douloureux complices courts pornographiques malheureux hygiéniques longs interdits câlins" - Macha Seruoff, Entre Deux